Le déplacement des gastéropodes

L’utilité d’une bave non newtonienne pour se déplacer avec un seul pied :

Les fluides non-newtoniens entrent en jeu dans le déplacement des escargots et des limaces. Ces animaux peuvent se déplacer à l’envers (par exemple au plafond). Etant donné que leur corps en lui-même ne leur permet pas d’adhérer au plafond ils utilisent leur bave qui leur sert de colle (avec une viscosité importante et une certaine élasticité). Néanmoins si leur bave restait  toujours collante, ils ne pourraient pas se déplacer, leur corps serait simplement collé au plafond. C’est pourquoi l’évolution leur a donné une bave thixotrope mais dont le délai pour retrouver ses propriétés d’origine est tellement court (moins d’un dixième de seconde) qu’elle peut être considérée comme étant rhéofluidifiante

 

 

Comment avancent-ils ?

Si on observe un escargot vu de dessous, on observe qu’il se déplace en contractant ses muscles de manière à créer une onde allant de l’arrière de son pied jusqu’à sa tête, comme on le voit sur cette image.

 

674313665

Source : http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fbaladesnaturalistes.hautetfort.com%2Fmedia%2F01%2F00%2F674313665.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fbaladesnaturalistes.hautetfort.com%2Farchive%2F2009%2F10%2F07%2Fla-locomotion-chez-l-escargot.html&h=500&w=375&tbnid=C69SuzcN1N67xM%3A&docid=Kl8hmVMrhXDcnM&ei=AP2oVpPHA8b5O5f8ibgC&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=406&page=6&start=71&ndsp=15&ved=0ahUKEwiTx-jzwMrKAhXG_A4KHRd-AicQrQMIgQIwSQ

 

Cela lui permet de se déplacer en différé (en accordéon en quelque sorte), en s’appuyant sur les parties de son corps encore fixées à la paroi. En effet étant donné que sa bave est presque rhéofluidifiante, à l’endroit où l’escargot appuie sur la bave (c’est-à-dire à l’endroit de chacune des ondes), celle-ci devient beaucoup moins visqueuse lui permettant de rapprocher cette partie de l’avant tout en s’appuyant sur les régions collées de part et d’autre de la partie qu’il fait avancer. Le fait de s’appuyer ainsi sur les parties encore collées est en effet beaucoup plus efficace que si l’escargot avançait sans prendre appuie sur quoi que ce soit, comme si l’on essayait avec des skis lisses (pas recouverts de peau de phoque ou d’un autre matériau empêchant de reculer) d’avancer sur un sol glissant sans prendre appuie avec ses bâtons : lorsqu’un pied avance, le second recule automatiquement.

 

Qu’est-ce qui donne à la bave un comportement thixotrope à l’échelle moléculaire ?

La bave d’escargot est constituée principalement d’eau salée (entre 96 et 97%) ainsi que de 3 à 4% de très longues protéines attachées les unes aux autres (grâce à des atomes de souffre). Cela forme un réseau élastique de très longues molécules agissant comme une colle pour retenir l’escargot au plafond. Cependant lorsqu’une contrainte de cisaillement (supérieure aux capacités d’élasticité du réseau) est appliquée par l’escargot sur cette substance, les liaisons entre les protéines se brisent, et la bave devient liquide. Lorsque la contrainte de cisaillement s’arrête, les liaisons de souffre se reforment extrêmement rapidement (en moins d’un dixième de seconde), la bave reprend ses propriétés collantes et permet à l’escargot de se maintenir au plafond tout en faisant avancer une autre partie de son corps.

 

 

Une bave non-newtonienne, la solution pour le déplacement de tous les gastéropodes ?

Il existe d’autres gastéropodes que les escargots et les limaces, comme notamment certains mollusques marins. Ainsi ils peuvent plus facilement se déplacer à l’envers car ils évoluent dans l’eau (ayant une densité plus grande que l’air), ils sont donc moins attirés vers le bas, et ces gastéropodes se contentent d’un mucus très fluide dont la viscosité ne varie pas.

 

 

 Découvrez les applications nouvelles que le futur réserve aux fluides non-newtoniens.